Accueil Triades 

Accueil Avallon 

  Commentaire
triades 1 à 5 



  Commentaire
triades 6 à 10 



  Commentaire
triades 11 à 15 



 Commentaire
triades 16 à 20 



 Commentaire
triades 21 à 26 



 Commentaire
triades 27 à 30 



 Commentaire
triades 31 à 35 



 Commentaire
triades 36 à 40 



 Commentaire
triades 41 à 46 


Triade 11

Après avoir défini les caractéristiques de la Divinité le texte fait une première allusion aux êtres vivants dont elle est la cause. Il indique que l'expression de la vie au travers des créatures tient à trois paramètres qui peuvent paraître surprenants : l'amour, la compréhension et l'énergie. A part la dernière qui peut s'interpréter comme un "pouvoir", les deux autres qualités, peuvent nous sembler peu puissantes ou efficientes... pourtant - et c'est là un des génies de ce texte - la création est ramenée à une douceur, une compassion infinies, sans lesquelles la vie ne serait qu'une démonstration de puissance

Deuxième partie

La seconde partie, triades 12 à 46, est consacrée à la description des différents états de conscience dans les diverses manifestations de la vie - depuis la forme matérielle qui a la plus petite quantité d'esprit, jusqu'à l'universel qui contient la totalité de la conscience et qui est nommée ici Dieu - traversant les trois cercles de l'existence : Abred, cercle de développement de la conscience, depuis l'état matériel nommé Annwn ou Abîme jusqu'à l'humanité. Celle -ci est ensuite appelée à traverser Gwenved, qui est le cercle de la jouissance et de la libération mais aussi celui du service et de la compassion et enfin Ceugant qui est le cercle de Dieu, de l'esprit universel, qui est non-manifesté mais qui imprègne, donne vie et sens aux deux autres. Ces cercles ne sont pas des lieux, mais des états de conscience, tous inscrits dans la vie, participant d'elle sans aucune antinomie et sans aucun jugement de valeur. Ceugant est infini, ouvert, non-manifesté, il inclut tout ce qui peut exister. gwenved est un passage entre les deux cercles, une région frontière entre la manifestation d'abord inconsciente puis, de plus en plus consciente et le cercle de ceugant. Abred est le cercle intérieur, fermé car limité et fini. Il contient toute la matière et donc les trois dimensions de l'espace auxquelles s'ajoute celle du temps. Ces trois cercles sont symbolisés par la croix celtique qui reprend la hiérarchie des trois cercles, des trois dimensions et des sept directions (le haut, le bas, la gauche, la droite, l'avant, l'arrière et le centre ).

Triade 12

Le cercle de ceugant est décrit comme le lieu de Dieu que j'appelle aussi "esprit". Les Tibétains bouddhistes le nomment le vide mais il ne s'agit pas du néant, au contraire, il s'agit de l'énergie de l'univers dans son ensemble, sous sa forme non-manifestée. Cette énergie est vide, Amour et lumière spirituelle. Ce cercle comprend, inclus toute manifestation, en tout temps et en tout lieu. Aucune chose, aucun être ne peut exister en dehors de ce cercle, mais aucun être ne peut le traverser ou y subsister car il n'est pas manifesté et ne peut donc être appréhendé ou décrit de manière rationnelle. La seule façon de l'approcher est de s'y identifier totalement mais à ce moment, il n'existe plus ni sujet ni objet, seulement Ceugant. Seul Dieu peut y résider de manière permanente car lui seul peut communier à l'énergie, au corps et à la conscience de tous les êtres animés et non animés, en tout lieu et en toute situation sans en être affecté. On peut finalement dire que Dieu est Ceugant. Le cercle d'Abred est exactement l'opposé, il est fini, limité, descriptible. Il constitue le monde de l'expérience sensorielle habituelle. Il est le lieu de l'espace, du temps, de l'expérience, de la vie s'opposant à la mort. L'homme en est issu comme toute la création que nous connaissons. "L'homme l'a traversé", signifie qu'il se trouve au point limite de ce cercle, lui permettant d'appréhender le cercle de gwenved. Ce dernier cercle est aussi un lieu de manifestation, il est décrit comme le lieu de la félicité, le lieu de la vie et de la liberté, car il s'agit d'un état qui permet d'échapper aux limitations de la vie inconsciente. L'humain ou d'une manière plus générale, l'être conscient appréhende alors de plus en plus son corps spirituel qui est sa partie causale, non-manifestée. Appartenant au monde de l'esprit, celui-ci est donc beaucoup plus vaste et a une dimension collective. La mort n'existe plus car il n'y a plus de perte de conscience. Du moins celle-ci étant très limitée, elle ne s'oppose plus à la vie mais seulement à la naissance. La mort devient seulement un moyen de renouveler le corps, de changer de forme et de vivre une nouvelle expérience. A la limite de l'évolution de gwenved, l'attachement à une forme corporelle n'est plus nécessaire et l'être participe à la vie d'une manière de plus en plus collective et détachée de toute référence égoïste. Comprenant le sens réel de l'existence, réalisant la véritable nature de son être, l'humain se libère de ses entraves et tout en restant dans la manifestation et en se vouant au service de la vie et à la compassion, il quitte toute cause de souffrance et d'attachement. Toutefois, cette zone limite de la conscience est aussi une zone dangereuse car avec la science, augmente également le pouvoir sur la matière et donc la responsabilité qui doit absolument s'accompagner d'une évolution parallèle du sens spirituel sinon le risque d'autodestruction est extrêmement important. Et, étant donné la liberté qui est un des privilèges de l'humanité la destruction est également une possibilité.

Triade 13

Il existe trois états d'existence ou de conscience. Le premier est l'état de développement, d'accroissement, de différenciation puis d'individualisation de l'être. Cet état est appelé Abred. Il se situe dans Annwn qui est le corps de la terre, la matière de l'univers. A partir de l'infiniment petit, se développe l'être vivant par générations successives, et évolution progressive vers l'individualisation. Un état intermédiaire se dessine alors, celui de liberté. La liberté qui vient du choix (de la faculté de choisir), et qui est actuellement l'apanage de l'humanité sur terre. Cet état est une sorte de transition, dans laquelle l'individu doit trouver son sens et comprendre le sens de l'univers, la Voie. Enfin, l'état d'Amour apparaît lorsque la voie est accomplie, que la personne a définitivement fait le choix de la vie et qu'il est totalement identifié à elle.

Triade 14

Ce développement est une nécessité de l'être. Par cette triade, il est montré qu'il existe nécessairement un parcours pour chaque esprit, chaque personne. Seul Dieu est immuable mais bien que non-affecté par la manifestation, il la sous-tend et en partage totalement les expériences.

Triade 15

Dans Abred se situe l'évolution avec au départ le moindre degré, c'est à dire la plus petite partie de matière d'énergie et de conscience (c'est le niveau des particules de matière-énergie). Puis, ces trois éléments, indissociables, se développent et s'accroissent, se transforment par la mort lorsque l'évolution n'est plus possible par la vie et se diversifient en une multitude de formes et d'espèces ayant chacune le génie et la perfection qui lui sont propres. C'est l'évolution de la vie terrestre qui est ainsi décrite.