Accueil historique  

Accueil Nemeton 

lignées apostoliques  


 premiers chrétiens
en Bretagne 



  L'antique église
celtique et
sa restauration 1 



  L'antique église
celtique et
sa restauration 2 



 L'antique église
celtique et
sa restauration 3 



 naissance de
la lignée d'Avallon 





L'ANTIQUE EGLISE CELTIQUE ET SA RESTAURATION


Monographie rédigée par l'évêque ILTUD, responsable de l'église celtique en Bretagne.(Suite)



L'ORDRE MONASTIQUE D'AVALLON

Cet Ordre a la particularité de n'être ni confessionnel ni ecclésiastique et c'est précisément ce qui lui permet de s'ouvrir à tous les jeunes en recherche. Il fonctionne par lui même, indépendamment de l'Église celtique, avec laquelle il reste très lié fraternellement. L'Ordre monastique d'Avallon, dépassant le cadre chrétien traditionnel, s'est axé à la fois sur les traditions druidiques, christiques et orientales. Il a, à son tour, essaimé.

L'église Celtique moderne s'inscrit dans la grande tradition celtiques druidique à laquelle les principes christiques eux-mêmes universels appartiennent. L'église celtique moderne se considère comme héritière des anciens druides, bardes, ovates et filids (devenus évêques, abbés, prêtres et moine) des antiques chrétientés celtiques, et à ce titre, se considère comme druidique et co-responsable du maintien des vénérables traditions, de la pensée et de la culture celtiques. L'Eglise celtique n'hésite d'ailleurs pas à donner au Christ le titre de Druide comme S. Colomba d'Iona (16) le faisait déjà.

Non seulement les moines celtes n'ont pas détruit la tradition pré-chrétienne mais au contraire ils l'ont conservée, prolongée, voire renouvelée, Nous ne saurions rien de notre antiquité si les moines celtes, libérés de l'interdiction d'écrire, n'avaient transcrits eux-mêmes les épopées celtiques qui étaient encore dans la mémoire des bardes et des druides de leur temps - lorsqu'ils n'étaient pas eux-mêmes des bardes, druides, ovates ou filids (17)-. Les moines celtes ont été à la fois les lettrés et les maîtres spirituels de l'occident.
Toute la civilisation occidentale en a été profondément marquée même si le classicisme du XVlle siècle s'est focalisé sur le monde gréco-latin dont les manuscrits avaient aussi, été retranscrits par les copistes celtes !

Dans Église celtique moderne, il n'est pas fait de distinction entre les membres et les non-membres. tous sont fraternellement accueillis, quelles que soient leurs origines et convictions. Les dons du Saint Awen (Esprit) Vivifiant, des sept sacrements et des sacramentaux sont à la disposition de tous.
Les catholiques romains doivent savoir qu'ils sont d'ailleurs autorisés, en vertu d'une décision vaticane d'octobre 1973, à utiliser nos Ministères étant donné que nous sommes une Église traditionnelle dont les ordres et sacrements sont parfaitement valides dans l'Église Une, Sainte, Catholiques et Apostolique.
L'église celte est une église pauvre, sans étalage de luxe et sans tarifs, ouverte à tous. Si le célibat est honoré, le mariage n'est interdit à aucun clerc. Tous les saints ordres mineurs et majeurs de l'église Universelle sont en honneur et accessibles à tous même aux femmes mariées, jusqu'au diaconat. Tous quelle que soit leur situation peuvent accéder aux différents ministères de l'église s'ils sont appelés et exercer dans leur famille, leur quartier, leur village, comme ouvrier-prêtre, paysan-prêtre, employé-prêtre, ou évidemment moine-prêtre.

Le monachismes celtique moderne est particulier, car il comporte à la fois une vie active dans le Monde, avec pérégrinations considérées comme une ascèse en alternance avec la retraite, joignant la vie collective à la vie active, sans oublier la compassion et l'Amour pour son prochain, les animaux et la nature.
l'Église celtique insiste sur le sens du sacré, insiste sur l'expérience spirituelle intérieure sur la connaissance de Dieu dans toute la nature et dans tous les hommes, encourage la recherche des lois spirituelles enseigne des techniques spirituelles de prière et de méditation et rappelle la règle d'or du christ :

« faites aux autres ce que vous voudriez qu'ils vous fassent ». (Mat. VII, Luc VI; 31)



Suite(notes)
retour au début